Rilly-sur-Vienne: la tour de Rigny, près Rilly

Je cherche à localiser cette tour qui se trouverait près de Rilly-sur-Vienne. Cette carte postale a bien été postée à Rilly (Indre-et-Loire), le 23 août 1905.
J'ai pensé à une erreur. Il existe bien une tour à Migny dans la commune voisine de Parçay-sur-Vienne, mais cette tour est carrée.
D'autre part, il n'existe pas de tour de ce type à Rilly-sur-Loire (Loir-et-Cher).

Merci pour votre aide.

Il s'agit, en fait, de la tour du Raynier à Verneuil-le-Château.

Saint-Patrice: Vaumulon

Cette ancienne carte postale représente des ruines situées à Vaumulon (Vomulons sur la CPA), sur la commune de Saint-Patrice, qui seraient celles d'un château féodal du XIIe siècle.
Dans des textes des années 1660 et 1670 apparait un René Boureau, qualifié de seigneur de Vaumulon.
Je cherche des informations sur ce "château" disparu.

Abilly: l'ancien château du Bois-d'Aix

Le château du Bois-d'Aix actuel a été construit en 1912. Or, d'après cette ancienne carte postale, il semble qu'il y avait, à cet emplacement, un château plus ancien.
Je cherche des informations sur ce château et, en particulier, sa date de construction.

Souvigné: l'enceinte de Bois-Réné

Dans le tome 1 du livre "Le patrimoine des communes d'Indre-et-Loire" (2001, éditions Flohic), une partie de l'article consacré à Souvigné parle de l'enceinte (Moyen Âge) du Bois des Défrocs dans ces termes:
C'est une enceinte trapézoïdale située en forêt, formée de fossés en eau, alimentés par une source issue d'un marais au sud et munie d'un trop-plein sur le côté nord-nord-est. Elle ne comporte pas de talus interne, mais un talus externe en terre qui manque à l'est-sud-est. Large de 6 mètres, ce talus mesure 2 mètres de haut au sud-sud-ouest, 1,20 mètre sur le côté nord-nord-ouest et 1 mètre sur le côté nord-nord-est. Les fossés mesurent une dizaine de mètres de large. Une étroite porte dans le talus est visible vers la moitié, du côté nord-nord-ouest. A proximité, nous avons retrouvé des débris de pavement et des tessons qui paraissent médiévaux. Le terme "défroc" se rapporte à un essart médiéval assez tardif, mais nous n'avons pu traverser pour retrouver au centre d'éventuels restes d'une maison forte ou d'un manoir.
Or le Bois des Défrocs n'existe pas (ou plus) sur la carte IGN. Mais, des fossés sont visibles au Bois-Réné.
En superposant la carte IGN et une photo satellite, on voit qu'ils se trouvent bien dans les bois.
Au XVIIIe siècle, la carte de Cassini montre aussi la présence de fossés.
Je cherche à savoir si des recherches ont été effectuées à cet endroit et s'il existe des publications.
Merci.
Comme le montre la carte de Cassini, il s'agit d'un étang partiellement asséché. La porte nord-ouest est l'ancien déversoir.

Ligré: Les Hautes-Cours

Aux Hautes-Cours, ce logis semble dater du XVe siècle. La tour carrée hors œuvre doit renfermer un escalier. Ses voisins le qualifient "d'ancien manoir".
Je recherche des informations sur ce lieu.

Panzoult: la tour de Chèzelet

Je recherche l'histoire de cette tour (pigeonnier, moulin à vent, ...) située dans le hameau de Chèzelet à Panzoult. Elle a été transformée en habitation.

Prieuré Saint-Barthélémy à Tours Nord

Je cherche à localiser l'emplacement où se trouvait le prieuré Saint-Barthélémy au nord de Saint-Symphorien (Tours). Sa chapelle du 12ème siècle a été détruite.
En 1949, on voyait encore l'arcade de la porte nord, une tour carrée, le logis des moines (15ème siècle) à l'Est et, au nord, les restes de la grange.
Il existe des vestiges de ce type au 11 rue du Maine. Est-ce bien le prieuré ?
En fait, ce prieuré se trouvait à l'angle de la rue de l'Oratoire et de la rue Saint-Barthélemy, sur un terrain allant jusqu'à l'actuelle école Sainte-Marie. Merci à Pascal Calmettes.

Touraine: un phénomène épouvantable

Cette estampe, dont le texte est en allemand, représente "un phénomène épouvantable que l'on a vu en Touraine du 5 au 15 août 1670".
Je recherche plus d'informations sur ce "phénomène".
Vraisemblablement, il s'agit de la chute d'une météorite dans la nuit du 5 août 1670, vers 22 heures. Elle est tombée près de la rivière Indre, dans un lieu appelé Coupus (?). Merci à Pascal Calmettes.

Vernou-sur-Brenne: La Meslerie

Parfois qualifié de château, La Meslerie (ou La Melerie) pourrait dater du 18ème siècle. En 1787, il existait une chapelle qui semble avoir disparu.
Je recherche tous les renseignements historiques et architecturaux concernant ce logis.
Le nom viens du patronyme Meslier, augmenté du suffixe de possession erie. La maison de maître se compose d'un pavillon du milieu du XVIIe siècle, doublé en 1766 et triplé en 1922 selon les plans de l'architecte L. Aubry pour M. de Forestier, en surélevant d'un niveau les communs ouest. Au nord la façade fut parfaitement unifiée par Aubry. A l'est, la date 1766 forgée dans la balustrade du 1er étage  n'indique pas la date de construction du pavillon mais celle de son agrandissement vers l'ouest. Au sud, les trois décrochements sont visibles. La toiture est surmontée d'un clocheton. A l'intérieur, les différentes épaisseurs des murs trahissent les trois étapes de construction. La porte du jardin et des dépendances ouest sont du début du XVIIIe siècle. Les propriétaires furent: M. Tardiveau en 1871 et M. Guiot en 1825.
Merci à Pascal Calmettes.

Vernou-sur-Brenne: Quincampoix

Quincampoix était un fief qui relevait de Vernou. Il a eu comme propriétaires Pierre de Quincampoix (en 1283), Huguet de Quincampoix (en 1325), Louis de Houdan (en 1633) et Henri de Houdan (en 1653).
L'actuel château de Quincampoix (aussi appelé Clos de Quincampoix) semble dater du XIXe siècle.
Je recherche plus de précisons sur la date de construction du château et son architecture.
Il a peut-être remplacé un édifice plus ancien.
Ce lieu s'est appelé: Quincampoix (1283 et 1325, cartulaire de l'archevêché de Tours), Quincampois (cadastre). Le nom vient de l'ancien français cui qu'en poist, à qui il en pèse, et semble avoir été d'abord une désignation métaphorique appliquée ironiquement aux moulins. La maison en équerre fut complètement reconstruite en 1865 par Eugène Tessie-Dessablons, notaire a Vernou. Auparavant, les propriétaires furent: Faucheux de Vernou en 1861, le bailliage de Vernou en 1757 et M. Guillois en 1783.
Merci à Pascal Calmettes.